En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Lyon > Orientation > Formation > étranger

Fille / Garçon, qui part le plus étudier à l'étranger ?

La mobilité internationale Fille / Garçon en France : des difficultés liées à des inégalités

La mobilité internationale en France, sous l’angle d’une étude genrée : si les étudiantes sont plus intéressées par les études à l’étranger que les étudiants, elles rencontrent de plus grandes difficultés à partir. Rapport d’étude proposé par Campus France, numéro 52, Septembre 2016.

Des difficultés liées à l’orientation


Le rapport de Campus France indique que les étudiantes partiraient à l’étranger à 52% sans hésitation si cette possibilité leur était offerte contre 49% pour les étudiants. Pourtant dans les faits, ce sont bien les étudiants qui partent le plus à l’étranger et bénéficient d’une meilleure mobilité.

Si les femmes représentent 58% des diplômés avec une licence ou formation équivalente, elles sont pourtant significativement moins nombreuses dans les filières des sciences de l’ingénieur. Ces écoles imposent généralement un séjour à l’étranger ; structurellement les étudiantes n’en bénéficient donc pas et sont obligées de trouver d’elles-mêmes une opportunité d’étudier à l’étranger. Elles sont 40% à être assurées d’avoir une expérience à l’international contre 45% pour les étudiants. Elles partent alors de manière plus spontanée que les étudiants : 61% contre 55%.

La contrainte financière comme facteur déterminant


L’observatoire Campus France de la Mobilité Internationale met en avant l’impact de la situation financière des étudiantes sur celle des étudiants. Elles sont plus nombreuses à être boursières (29% contre 25%), plus nombreuses à considérer leurs parents dans une situation financière difficile (33% vs 29%) et sont également plus nombreuses à exercer une activité rémunérée pendant leurs études (50% vs 46%). Enfin, 18% annoncent avoir renoncé à des études à l’étranger pour des raisons financières (contre 13% des étudiants masculins).

De plus, les étudiantes sont nettement plus préoccupées par l’avenir que leurs homologues masculins : 52% contre 40% se disent préoccupées et 25% se disent angoissées par l’avenir, contre 14%.

En étudiant de plus près le financement des projets de séjour à l’étranger, il apparaît que les étudiantes ont une tendance à surestimer le coût réel d’un séjour, de près de 49%. Le séjour moyen est de 6020€ pour 6 mois et une semaine, elles l’estiment à 8952€ d’après le rapport de Campus France. Pour financer le séjour, plusieurs solutions sont envisagées.

En effet, si les étudiantes sont plus souvent boursières, leurs bourses sont plus limitées que celles des étudiants (2,31K € contre 2,54K €). Si 68% envisagent une aide parentale, 81% y ont réellement recours. Enfin, 70% ont utilisé leurs économies personnelles, et 16% ont dû recourir à un emprunt bancaire.

Ces différentes inégalités tendent à montrer que les étudiantes, bien que majoritaires dans les études supérieures, bénéficient d’une mobilité internationale moindre que celles des étudiants. Ces barrières reposent essentiellement sur des facteurs financiers malgré la mise en place de bourses, mais également sur des points structurels liés à l’orientation et aux différents cursus privilégiés par les étudiantes. Les étudiantes internationales accueillies en France montrent qu’une meilleure répartition des filières entraîne un meilleur équilibre étudiant/étudiante quant à la mobilité. La parité face à la mobilité étudiante reste à atteindre en France, mais est en bonne voie.

Consultez aussi :

Science Truck, un camion pour faire aimer la science aux jeunes
Langues. Les filles meilleures que les garçons en anglais
Test de langue : Do you speak Cambridge english ?

Adèle




Le Parisien Etudiant et son partenaire Voyage-Langue vous proposent une sélection des meilleurs séjours linguistiques à prix réduits : bénéficiez d'un code promo exclusif pour vos séjours.


Réagir sur le Forum Orientation

Adèle
14.10.2016

Retour au dossier étranger
étranger : Fille / Garçon, qui part le plus étudier à l'étranger ?
Imprimer

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

étranger : consultez aussi...

orientation
Aux États-Unis, il rappe sa thèse à Harvard

Aux États-Unis, il rappe sa thèse à Harvard

Le flow a remplacé la présentation figée. Obasi Shaw, étudiant de la prestigieuse université américaine Harvard, a en effet rendu sa thèse de fin d’études sous la forme d’un album de rap

Erasmus. Etudier en alternance à l'étranger... c'est possible !

Erasmus. Etudier en alternance à l'étranger... c'est possible !

Erasmus est encore trop réservé aux étudiants et pas assez aux apprentis. La ministre du Travail Muriel Pénicaud souhaite que davantage d’apprentis fassent des séjours à l'étranger.

Comment une gap year peut changer votre avenir

Comment une gap year peut changer votre avenir

Non, une année sabbatique n’est pas une année de vacances. Non, elle n’est pas réservée aux aventuriers qui veulent faire le tour du monde, ni aux actifs au bord du burnout. Comment réussir son année de césure : les conseils de Kaplan International.

Partir à l'étranger après le bac : une année sabbatique pour mieux s'orienter

Partir à l'étranger après le bac : une année sabbatique pour mieux s'orienter

Apprendre une langue, aller à la rencontre d’un pays, développer une culture internationale, valoriser son CV… Tous ceux qui ont étudié à l’étranger le disent : c’est une expérience enrichissante. Plusieurs voies sont possibles.

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Facs saturées : «Il y avait des étudiants jusque sur l'estrade»

Les jeunes bacheliers qui arrivent à trouver une place à l'université sont confrontés aux aléas de la fac : amphithéâtres bondés, matériel vétuste, manque d'encadrement. Une expérience qui peut vite décourager.

Ryanair va proposer des vols moins chers aux étudiants Erasmus

Ryanair va proposer des vols moins chers aux étudiants Erasmus

Ryanair a annoncé un partenariat exclusif avec Erasmus Student Network. Dès le mois de septembre, celui-ci permettra aux étudiants Erasmus de bénéficier notamment d'une réduction de 15% sur le prix de leur billet.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
Atelier Prép'art
Le projet de Prép’Art est de délivrer un enseignement culturel et...
CFA d'Alembert
Le CFA d'Alembert est l'une des 24 écoles de la CCI Paris Île-de-France qui...
ENGDE - Ecole supérieure de gestion et expertise comptable
Etablissement d'enseignement supérieur privé spécialisé depuis 1965 dans...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

L'actu du site, bons plans, soirées, orientation... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.